Skip navigation

Il est temps pour moi de tirer un bilan de cette année d’échange au Canada, en espérant que celui-ci sera utile à des personnes désireuses de se rendre outre atlantique. En tant qu’étudiant lorsqu’on décide de partir en semestre d’échange à l’étranger, c’est souvent pour les deux mêmes raisons, découvrir un nouveau pays mais aussi un nouveau système d’étude. Ainsi l’article suivra ces deux grandes parties.

Les cours

J’ai été accepté en échange à l’Université Laval qui se trouve à Québec (et non à Laval). Étant issu d’une école d’ingénieur le système universitaire que j’ai découvert au Canada est très différent de celui de mon école en France. Il l’est peut-être moins pour des personnes qui sont à l’université en France.

J’ai effectué deux sessions à l’Université Laval (deux fois quatre mois), et pour chaque session j’ai choisi quatre cours. Cela correspond au régime à temps plein pour un étudiant Québécois. Un cours a une durée de trois heures par semaine. Alors je vous vois venir avec vos calculs mathématiques, 4 cours/4 mois, 12h de cours/semaine, je fonce au Canada ça va être plus tranquille que dans mon école. Prenez tout de même en note que pour trois heures de cours, l’université compte que vous effectuez  six heures de travail personnel dans la semaine. On passe donc à 36h/semaine… Tout de suite c’est plus chargé.

Comme je viens de vous le dire le travail personnel est donc plus important que dans une école d’ingénieur. Par rapport à mon école il y a eu plus de projets de longues durées (des projets sur toute la session, donc sur quatre mois). Ces projets s’effectuent souvent en méthode agile ce qui les rend donc très proches du monde de l’entreprise. J’ai aussi utilisé beaucoup de frameworks très « à la mode » actuellement en entreprise. La taille réduite des projets  en France ne permettait pas vraiment l’apprentissage et l’utilisation de ces frameworks.

J’ai donc été agréablement surpris par le système d’étude en université canadienne. La quantité de travail personnel impose de bien s’organiser et d’apprendre à mieux se prendre en charge. Je pense que le développement de ces qualités est assez important à quelques mois de rentrer en entreprise.

Le pays

Venons en maintenant au pays… J’ai séjournée huit mois à Québec (dans l’état de Québec). Il y a énormément à visiter dans la ville (La chute Montmorençy, Château de Frontenac, Plaines d’Abraham, Musée de la civilisation, la citadelle, le Parlement, monter dans un restaurant panoramique…) mais aussi autour. L’été ou l’automne il y a de nombreux parcs (parc de la Jacques Cartier, parc des Grand Jardins, parc des Hautes Gorges de la Rivière Malbaie …) et de nombreuses villes et régions à visiter (Saguenay/Chicoutimi et le lac Saint-Jean, Charlevoix, voir les baleines à Tadoussac, la Gaspésie, …), et l’hiver la montagne n’est vraiment pas loin pour les mordus de sports d’hiver (ski, surf, randonnées raquettes, chiens de traineaux …). Attention tout de même, l’hiver est long, très long, très très long… Et bien sûr très froid sinon ça ne serait pas drôle (pic à -30° environ). Les plagistes passez donc votre chemin…

Le Bureau de la Vie Étudiante de l’université Laval organise pleins de sorties à moindre coût alors n’ayez craintes de pouvoir faire de nombreuses sorties sans vous ruiner.

Vous aurez une semaine de relâche par session (semaines sans cours qui sont prévues pour « réviser »), et trois semaines de vacances à Noël. Nombreux sont les étudiants qui en profitent donc pour organiser des road trip entre amis. La destination phare est bien sûr… New York ! Parmi les autres villes américaines, Boston, Philadelphie, Washington, Los Angeles, et Las Vegas sont des villes qui ont été beaucoup visitées. Mais il y a aussi de nombreuses villes à voir au Canada qui ne sont pas « trop loin » de Québec comme Montréal, Ottawa, et Toronto (et les chutes du Niagara à 1h/1h30 de Toronto).

Bref comme vous pouvez vous en rendre compte vous ne vous ennuierez pas lors de votre séjour à Québec. D’autre part, je vous conseil de loger en résidence universitaire même si le confort est plus vétuste que dans un appartement, cela vous permettra de faire de supers rencontres et de passer de très bonnes soirées ! Alors si vous hésitez à partir, je ne peux vous dire qu’une chose : FONCEZ, vous ne le regretterez pas.

 

« L’année d’échange universitaire c’est un peu comme une colonie de vacances de plusieurs mois… »